samedi 20 décembre 2008

Sous les pavés, la plage


ou...sous l'auto-bloquant, la dune !!!



Quand on imagine une capitale, on pense souvent à une ville très moderne, urbaine, bétonnée à outrance... comme ici, aux Emirats Arabes Unis:
Ici, Mascate, il y a trente ans était un village: une route, des murs d'enceinte, les portes closes la nuit venue.
Aujourd'hui, la ville s'étend sur une trentaine de kilomètres, coincée entre mer et montagnes, égrennant ses quartiers, comme un chapelet, dont la corde serait la voie rapide, engorgée matin et soir.
Des travaux énormes vont permettre de l'alléger d'une partie de sa circulation, d'ici quelques mois.
Mais si la ville commence à se doter d'un réseau de voies rapides, d'immeubles de plus en plus hauts, de "mall" centres commerciaux climatisés et sans âme, et d'esplanades pour la promenade, il reste, ça et là, des terrains vagues, ou des entre-deux... de sable.


Près de chez nous, c'est très caractéristique. Les maisons sont donc des colosses aux pieds d'argile, des bâtisses construites sur le sable.
Il y a fort à parier que notre quartier a ressemblé à ça, il y a quelques années... Sur le chemin de l'école...une dune, encore sauvage, un troupeau de chèvres, et sa bergère, dans le rétroviseur.
Et pour entrer dans sa maison, sur quoi roule-t'on ??? Sur d' horribles pavés auto-bloquants. Partout, toujours. Pareils, mais différents:

Oui, une véritable diversité dans la gamme de la Laideur. Là, un projet ?

Pratique pour déterrer des canalisations !
Alors, aimez-vous ? Celui-ci est vraiment chouette...c'est le nôtre !

Débat du jour: doit-on sacrifier l'esthétique, au profit du pratique ??? Je ramasse les copies dans quelques jours, le temps pour vous de pondre un commentaire, quel qu'il soit !

2 commentaires:

Menthe Fraise a dit…

Salut Anne Persil, Non! je ne crois pas qu'il faille sacrifier l'éthétisme à l'utilité. Surtout que je les connais bien ces pavés, (spécialement ceux d'en bas à gauche): quand on les regarde bien, ça fait mal aux yeux. En plus en tricycle ça roule mal et les billes sont déviées. Le pire est que quand on tombe ils brulent les genoux. Reviens donc vite à Paris avec ses trottoirs jonchés de crottes de chien: l'effet mosaïque est le même, mais en plus si on tombe, ça amortit la chute.Et puis on peut slalomer entre chacune, ce qui est assez distrayant. Bon Noël à tous et bravo pour ce blog que je découvre à l'instant: un vrai moment de plaisir!

sophielastyliste a dit…

Coucou Anne-C...Euh, P!...(Très chouette le Persil, je suis fan...Ouh ouh!)
Je suis ravie de lire tout ça, c'est extra de vous voir par la petite fenêtre!
j'ai lu une bonne tranche de ton blog; C'est sympa, bien écrit, et on aimerait parfois bien voir tout ça pour de vrai!
je vous souhaite un très beau noel (de la visite?). A très vite, avec tes belles histoires!
Sophie M. (Mimolette? Ca te va?)