lundi 24 novembre 2008

Nizwa, ou l'immersion / 3

le fort de Nizwa:
il a été construit il y a bien longtemps, pour assurer la défense de la ville, et on observe de nombreuses similitudes avec un château-fort de nos contrées. Systèmes de geôles, de trappes, de trous juste devant les portes, fentes qui permettent de jeter de l'huile chaude sur les assaillants qui ont réussi à s'introduire dans les escaliers, chemin de ronde protégé par des crénaux...en ogive !


La visite avec Souleiman est instructive, il nous explique le fonctionnement du système de défense, avec une fierté non dissimulée pour sa ville et ses richesses. Il est seul avec ses deux fils. Nos garçons jouent avec eux, se comprennent par gestes. L'imagination enfantine est universellement tournée vers la bêtise, ça nous rassure !

La cour centrale du fort.

Ville ancienne de Nizwa, et palmeraie.



Entre deux minarets, une petite photo de "sweaty" Alix, en cours de conversion...
Après un restaurant typique de Nizwa (encore par terre avec les doigts) Souleiman nous laisse retourner à Mascate, nous sommes à la fois ravis de ce week-end omanais, et contents de retrouver notre maison, et nos lits ! L'hospitalité Omanaise n'est donc pas une légende, elle est entière, gluante comme du miel de datte ! Et puisqu'on en parle, mon prochain billet vous parlera peut-être du palmier...

1 commentaire:

Pauline E a dit…

C'est un bonheur de vous lire ... je voudrais bien savoir ce que pense Aldo Naouri de l'éducation Omane.